Confinés ou Encalminés ?

Théoriquement à mi-parcours du confinement, j’ai le sentiment que nous sommes encalminés.
 
Plus aucun vent ne pousse notre embarcation, la quille touche le fond, la vase remonte en paquets.
 
Les paroles des politiques, des savants, des sachants de tout poil s’envolent sans gonfler les voiles.
 

A bord, l’injonction paradoxale nous demandant d’être proches de cœur, distants de corps s’inverse.

Les masques tombent, les bras d’honneur, remplacent les bras donneurs.

Les médias tentent de nous apaiser avec ces drones d’images de villes assoupies, « pompéiennes ».

Nous sommes encalminés, et j’ai bien peur que ce calme soit, effectivement, miné.

Il est temps d’apprendre à nager.
 

Patrice Marcadé